Histoire et légendes

Les origines du safran demeurent mystérieuses… Le safran est une des épices les plus anciennes et les plus précieuses du monde. Il est présent dans de nombreuses cultures, continents et civilisations rejoignant souvent l’univers des mythes et légendes. Le crocus sativus semble avoir été obtenu  à partir d’une sélection intensive  du crocus cartwrightianus et d’autres hybridations.

C’est donc une plante millénaire qui a traversé les siècles, réputée dans les civilisations anciennes. Les opinions divergent quant à l’origine de la plante mais sa présence est avérée depuis 4000 ans au cachemire, puis en perse et en Crète, jusqu’à ce que sa culture se propage sur tous les continents: les croisés l’auraient importé en Europe vers le 11° siècle ; son usage était alors très large et ne se cantonnait pas à la cuisine. Le safran était utilisé comme épice , comme plante tinctoriale, parfum et surtout remède.

Les grecs et les romains en raffolaient comme plante à parfum, qu’ils brûlaient pour purifier les temples mais aussi pour différents usages culinaires ou encore pour tresser les fleurs en couronnes de façon à ce que leur parfum soutenu prévienne l’ivresse et dispose à la joie et à la sensualité .

Les égyptiens en font la base de plus de 30 préparations médicinales comme l’atteste le papyrus d’Ebers ( le plus ancien traité médical , daté de 1550 ans avant J-C.

Cléopâtre l’employait pour préserver la  beauté de sa peau ainsi que comme ingrédient du fameux Kyphi ,la  première véritable eau de toilette :mélange destiné à séduire ses amants.

Vers 500 avant J-C, peu après la mort de Bouddha, les bonzes colorent leurs toges en jaune solaire, « couleur sacrée des moines bouddhistes, symbole de pureté, de sainteté, et d’immortalité.

Les grands prêtres Assyriens conduisaient une procession nocturne au culte de la floraison magique du safran .une jeune vierge cueillait la première fleur sortie de terre, de ses mains pures… La tradition est restée.

Au Moyen-Age, les moines enluminaient au safran, de cette encre d’or, on éclairait l’auréole des saints . Le safran était à l’époque très utilisé par les apothicaires qui le vendaient à prix d’or.

Le safran apparait en Espagne, en suisse, en Angleterre, et en France dans le Quercy et le Gâtinais. Du 15ème au 17ème siècle, le safran, classé parmi les productions importantes, obligeait les plus hautes autorités à intervenir pour légiférer la culture, le commerce, et  l’imposition.

Les fraudeurs étaient brûlés vifs avec leur safran frelaté .

En France, cette culture a commencé à décliner au 18ème siècle avec un arrêt brutal de la production au moment de la révolution .

Les légendes

Dans la mythologie grecque, on raconte que Krokus, un très bel homme amoureux d’une nymphe nommée Smilax, jouait au lancer du disque avec son ami Hermès sur l’Olympe. Malheureusement il fut mortellement blessé à la tête par ce disque. On dit que le sang coula et fertilisa la terre. A cet endroit, une petite fleur mauve apparu, cette fleur qui depuis porte son nom « crocus » est le symbole de la vie et de la résurrection.

La mythologie évoque aussi Zeus, invitant ses compagnes sur des couches de safran pour multiplier sa force sexuelle et stimuler ses conquêtes, par cette fleur aux propriétés aphrodisiaques. Le jaune safran est la couleur de l’amour, du désir, de la volupté.

Les égyptiens et les hébreux l’utilisaient en cuisine et pendant les fêtes . Lors des cérémonies religieuses, on brûlait du safran pour purifier les sanctuaires et attirer les bons esprits, les bandelettes des momies étaient teintes au safran.

Une autre légende raconte qu’Alexandre Le Grand, prêt à conquérir le Cachemire en 326avant J-C , installe son camp, un soir d’automne dans une prairie. Au matin, il découvre son armée au milieu d’un océan de fleurs mauves apparues subitement pendant la nuit, comme par magie . Les 120000 soldats, effrayés par ce spectacle impressionnant, ressemblant à un  drap mortuaire croient à un sortilège et refusent d’aller plus loin. Alexandre la grand donne l’ordre de retour sans combattre.